La deux chevaux

brigetoun

Quatre roues sous un parapluie, c’était le projet de base de la deux chevaux. Dans les années soixante elle s’en éloigne, plus pimpante. Les odeurs à l’intérieur sont toujours aussi réjouissantes, mêlant plastique, métal et tissu. Tout est léger. Le moteur deux cylindres à refroidissement par air est d’une évidence miraculeuse : il faut trois heures pour changer un cardan qui claque. Il n’y a pas de Delco, et le carburateur n’est pas bien plus compliqué que celui de nos Solex : on n’a qu’à souffler dedans pour que ça redémarre. Les portes à peine une feuille de tôle souple, et ainsi de suite – et comme aux heures creuses ou aux vacances je donne un coup de main au magasin des pièces détachées, chacun de ces éléments est associé pour moi à son nom de code, à commencer par la petite gâche de caoutchouc qui sert à fixer la…

View original post 22 more words

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s